Misery-Courtion, une commune née le 1er janvier 1997

La Commune de Misery-Courtion, située à 605 m d’altitude, dans une zone de collines et de moraines du Plateau suisse, existe officiellement depuis le 1er janvier 1997. Elle est née de la fusion de quatre anciennes communes : Cormérod, Cournillens, Courtion et Misery. Ces entités font partie de la paroisse de Courtion depuis le Moyen Age. D’ailleurs, une chapelle de Saint-Marcel, patron de la paroisse, existait déjà à Courtion vers l’an 1000. La présence à Cournillens d’un sanctuaire, devenu par la suite la chapelle Saint-Léger, est également mentionnée à la même époque. On a découvert en 1830 à Cormérod, en bordure de la route qui mène à Cournillens, la fameuse mosaïque de « Thésée terrassant le Minotaure dans le labyrinthe de Cnossos », aujourd’hui dans les bâtiments de l’Université à Fribourg, preuve que la région est depuis longtemps habitée.

 

La création de la nouvelle Commune n’a pas vraiment représenté une rupture avec le passé, mais plutôt une continuité. Le territoire paroissial, qui comprenait à l’époque encore le village de Corsalettes (qui fait désormais partie de la Commune et de la paroisse de Grolley), représente en effet depuis des générations l’espace dans lequel se développent les relations sociales et culturelles des quatre villages.

 

La différence notable est qu’aujourd’hui, avec la naissance de Misery-Courtion, notre communauté est davantage présente et respectée sur la scène régionale. Qui aurait songé à attribuer à l’un de nos villages l’organisation de la Fête nationale lors du 150e anniversaire du district du Lac, s’ils s’étaient alors présentés en ordre dispersé ? Dans les associations de communes de la région, la nouvelle commune est devenue un partenaire qui compte.

 

Identités villageoises préservées

La fusion de communes qui a donné naissance à Misery-Courtion n’a pas effacé les spécificités de Cormérod, Cournillens, Courtion et Misery. Ces quatre villages, répartis sur une superficie de 1141 hectares (densité de 101 habitants au km2 en 1997), ont en effet gardé leur physionomie, plus ou moins agricole ou résidentielle, selon les quartiers. Leur vie sociale était déjà organisée depuis longtemps au niveau paroissial, la paroisse de Courtion existant bien avant l’organisation communale du XIXe siècle.

 

La paroisse de Courtion en effet – qui structurait une grande partie de la vie des habitants sous l’Ancien régime, avant la création en 1831 des communes politiques telles que nous les connaissons aujourd’hui – est l’une des plus anciennes du canton et même du diocèse. Elle apparaît en effet dans la première liste officielle des paroisses de l’évêché de Lausanne, datant de 1228. Historiquement, on se trouve ici dans les Anciennes Terres catholiques qui dépendaient de Fribourg avant la création du district du Lac en 1848, qui nous a agglomérés à l’ancien bailliage commun de Morat. Depuis cette date, nous vivons donc ensemble dans cette petite Suisse en miniature qu’est le District du Lac.

 

Vous êtes ici:   >>  Portrait de la Commune  >>  Historique  
Conception macwin